Episode 4

Ces idées qui collent

Découvre le livre percutant de Chip et Dan Heath les auteurs nous aident à comprendre pourquoi certaines idées restent dans notre esprit et d’autres pourtant géniales prennent vite la poussière ! Avec ce podcast tu vas apprendre à exprimer tes idées de génie ! 

Hosts 

Safaa 

Ressources

Ces idées qui collent

Vidéos à visionner

 

 

A propos de l’épisode

Salut ma cops j’espère que tu vis ta meilleure vie ! Bienvenue dans le cercle de lecture, le club privé qui t’encourage à lire !

 

Aujourd’hui on va parler des idées qui ont cartonnées et on va tenter de comprendre comment et pourquoi certaines idées percent entre guillemet plus que d’autres.
Il y’a certaines idées géniales mais qui ne voient pas le succès et d’autres beaucoup moins qui se rependent comme une trainée de poudre.

On peut prendre un exemple tout bête qu’on connait toute je pense. Est-ce que toi aussi tu as entendu parler de cet homme qui kidnappait les personnes pour faire leur faire le sourire de l’ange. Une histoire terrifiante qui nous a bien traumatisé durant notre enfance. Cette légende urbaine a fait le tour de toute la France pourtant elle n’a aucun fondement mais alors comment cette idée farfelue s’est autant propagé et pourquoi a du mal à les oublier ?

La réponse est assez simple : Cette histoire est mémorable et elle nous donne envie de la raconter et la partager à un maximum de personnes. En prenant en compte ces deux principes, toute idée doit être conçue de manière à être mémorable et partageable.
Pour illustrer le propos, il y’a quelques années en Amérique certains groupes de santé ont souhaité sensibiliser un maximum de personne au danger du Pop-corn dans les cinémas. Ces pop-corn contenaient une grosse quantité de graisses saturés nocif pour la santé des consommateurs. Mais dire simplement aux consommateurs qu’un sac de Pop-corn contient 37 g de graisses saturées s’est avéré particulièrement inefficace – L’information était beaucoup trop scientifique et académique pour rester dans la mémoire des gens.
Alors ils ont essayé quelque chose de plus percutant :
«Un pop-corn de taille moyenne dans un cinéma contient plus de graisse obstruant les artères qu’un petit-déjeuner copieux au bacon et aux œufs, un Big Mac et des frites pour le déjeuner et un steak pour le dîner combinés!»
Ce message est plutôt choquant, on arrive à visualiser tout cela, et le message est percutant, il s’est alors propagé et a finalement conduit à un changement dans tous les cinémas.

Point 1 :  Une idée percutante doit être simple  

Quand on lance un projet ou qu’on souhaite transmettre une information on a tendance à être le plus complet possible, en donnant un maximum de détail mais cela risque d’être contre-productif.
Au lieu de cela, il faudrait synthétiser ton idée en déclaration simple et percutante, les détails sont en règle générale très vite oubliés et noient le message clé. Une simple déclaration percutante rend une idée plus facile à saisir et à comprendre.
Attention, cela ne signifie pas que l’idée doit être simplifiée à son maximum jusqu’à devenir stérile. Il faut savoir maitrise l’art de la simplification qui consiste à résumer l’idée de base en des termes que tout le monde peut comprendre, en vulgarisant son idée.
Les journalistes maîtrisent cet art de la simplification percutante pour proposer de bons titres accrocheurs qui attirent l’attention des lecteurs, en une phrase tu comprends le sujet de l’article. S’ils les journalistes ratent leur titre même si l’article est excellent, il n’aura pas de visibilité. Et je peux faire le parallèle avec youtube. Si je mets un titre bateau les gens ne seront pas motiver à cliquer mais si je met un titre accrocheur ma visibilité augmente.

Point 2 : Une idée percutant doit être inattendue 

L’être humain est par nature un petit flemmard, il faut lui faciliter un maximum les choses et notre cerveau aime économiser de l’énergie. Si une information est trop familière, elle passe inaperçue notre cerveau ne la retient pas.
Mais lorsque notre cerveau est confronté à l’inattendu il quitte son mode auto et passe au mode manuel ; l’inattendu reçoit beaucoup plus d’attention.
En parlant de mode automatique, si on prend l’exemple de l’avion. Avouez on n’est jamais concentrée et on écoute jamais les démonstrations de sécurité. Mais si le steewart ou l’hôtesse de l’air nous interpelle avec une formulation percutant comme par exemple « il n’y a qu’une seule manière de sortir sain et sauf de cet avion » je pense qu’on sera tous, tout de suite plus concentrée. Ou si ils le font en danse ou en chanson, nous seront face à l’inattendu et on sera beaucoup plus attentive.
En réalité, nous ignorons les choses quotidiennes tout ce qui nous est familier et routinier. En présentant une idée de manière inattendue ou frappante, elle obtient beaucoup plus d’attention.

 

Point 3 :  Une idée percutante suscite la curiosité 

Les deux principaux défis quand on lance une idée est d’attirer l’attention des gens et surtout de la retenir. Le moyen le plus efficace d’attirer l’attention de quelqu’un est de montrer qu’il y a quelque chose d’important qu’il ne sait pas encore. Cela va créer susciter leur curiosité. On a l’exemple parfait des romans policiers, ils utilisent des indices qui suscitent notre curiosité et grâce à ces indices on va tenter de découvrir qui est le coupable du meurtre. Et la seule manière de satisfaire notre curiosité il faut lire l’histoire jusqu’à la fin.La curiosité n’est suscitée que par quelque chose d’inattendue.
Donc des faits et des chiffres percutants sont parfaits et constituent un moyen efficace pour réussir à convaincre ou à exprimer son idée. Petit exemple si je dis : « Pourquoi 40% de nos clients ne représentent que 10% de nos ventes totales ? » le public sera curieux de savoir pourquoi et sera plus enclin à écouter.

Donc tu sais ce qu’il te reste à faire si tu veux attirer l’attention sur ton idée ou sur un concept, il faut que tu la formules de manière percutante. Note à moi-même pour mes pages de ventes.

 

Point 4 :  Une idée percutante est concrète et déscriptive  

Quand on maitrise son sujet, son offre, son idée de projet on a tendance à l’expliquer avec nos mots, avec notre compréhension et on oublie de vulgariser en se posant la question « est ce que ce que je dis est suffisamment clair pour mon public ? » ou bien est-ce trop abstrait ?

Pour exprimer son idée et pour qu’elle soit percutante il faut faire preuve d’empathie et se mettre à la place de son public cible. Si je parle d’objectif SMART ou OPKR pour être plus productif peu de personnes risquent de comprendre mais si je parle d’objectif simple et mesurable et un plan d’action efficace basé sur les résultats je pense que les gens retiendront beaucoup mieux l’information.

Dans le livre on nous parle d’une expérience qui a été réalisé une personne a été chargé de taper la mélodie d’une chanson donnée sur une table avec ses doigts, tandis qu’une autre personne écoutait et essayait de deviner le nom de la chanson.
L’auditeur lui n’entend que les tapotements sur la table, le tapeur entend les tapotements et la mélodie dans sa tête. Et les personnes chargées de taper la musique avec leurs doigts ont estimé qu’en moyenne les auditeurs avait 50% de chance de deviner correctement la chanson mais en réalité on est bien loin de se chiffre puisqu’il est de 2,5% seulement. Tu peux essayer l’exercice avec ton entourage pour tester !
Cet exemple est super intéressant parce que c’est ce qu’il se passe de manière générale on a tendance à penser que tout le monde est dans notre tête et on oublie qu’en réalité tout le monde n’en sait pas autant que nous à propos de notre idée ou de notre projet.
En gros si tu partages ton idée en terme abstrait ça va faire exactement le même effet que si tu tapes une mélodie sur ta table avec tes doigts. Ce n’est qu’en utilisant des termes concrets et compréhensibles que nous pouvons être sûrs que le message sera compris.Il est souvent utile de donner des exemples ou d’utiliser des images descriptives pour aider à transmettre une idée.
Les expressions concrètes et visuellement descriptives ne sont pas seulement plus faciles à comprendre, elles restent dans l’esprit.
Tu l’as compris, Pour transmettre un concept il faut éviter le jargon inutile
Plus une idée est concrète et bien décrite, plus elle a de chances de rester d’être transmise et percuter les esprits.

Point 5 :  Une idée percutante doit être crédible 

En général, les idées ne se propagent que si les personnes y croient
Je vais te partager quelques idées du livre pour que ton idée soit crédible. Une méthode prouvée consiste à demander à des experts de soutenir une histoire. Un expert n’est pas forcément un médecin. On nous partage l’exemple du campagne anti-tabac qui mettait en avant une femme d’une vingtaine d’années qui fumait depuis l’âge de dix ans. Face à sa deuxième transplantation pulmonaire, elle ressemblait à une femme âgée et frêle. Son apparence a ajouté de la crédibilité à son histoire.
Les gens font confiance aux histoires racontées par de vraies personnes dignes de confiance.
Une autre façon d’ajouter de la crédibilité à une histoire est d’utiliser des faits et des chiffres réalistes pour illustrer ce point – mais seulement s’ils apportent des éléments supplémentaires concrets et non abstrait.
Un exemple d’utilisation efficace des statistiques est la campagne anti-guerre qui prétend que l’arsenal nucléaire actuel mondial a cinq mille fois la puissance explosive de la bombe qui a détruit Hiroshima. Cela donne au public un point de référence commun à savoir les images de la destruction d’Hiroshima cela souligne leur idée clé: le développement du nucléaire est allée trop loin.
En prime, l’audience dispose désormais d’une statistique prête à l’emploi à utiliser pour transmettre le message aux autres. Utiliser le public lui-même comme référence est particulièrement efficace pour obtenir plus de crédibilité. Les gens font souvent plus confiance à leur propre jugement qu’à celui d’un expert, donc si le public peut personnellement vérifier votre message, alors il est crédible.

Point 6 : Une idée percutante fait appel aux émotions  

Pour inciter les gens à faire des dons pour aider des personnes dans le besoin il y’a deux approches possibles :
Soit présenter des faits et des chiffres qui démontrent combien de millions de personnes meurent de faim chaque jour, soit montrez l’image d’une personne dans le besoin pouvant être sauvé par un don.
La première approche fait appel à la partie analytique de l’esprit. Si les statistiques sont crédibles, nous les considérons mais ne prendrons probablement aucune mesure.
La seconde approche fait directement appel à nos émotions. Nous la trouvons tout aussi crédible que la première approche – après tout, nous pouvons voir de nos propres yeux un être humain qui est clairement dans le besoin – mais surtout, elle nous incite à agir.
En effet, les émotions sont le principal moteur du comportement humain, plutôt que la raison et les statistiques.
Donc, si l’objectif est d’amener les gens à agir, le message doit faire appel directement aux émotions. Une campagne anti-tabac aura un impact plus important si elle montre des photos de personnes dont la vie et le corps ont été détruits par la cigarette ; ces types d’images émeuvent le public, alors que les faits et les chiffres n’ont guère d’effet émotionnel.
Donc si tu veux que ton idée marche il faut se concentrer sur les déclencheurs émotionnels plutôt que sur les faits et statistiques.

Les appels à l’action sont plus efficaces si le public reçoit quelques chose en retour. .
Les appels émotionnels fonctionnent parce que les gens s’intéressent plus aux autres qu’aux faits et aux chiffres.
Mais force est de constater que les gens s’intéressent beaucoup à une personne en particulier: eux-mêmes.
Avant de faire quelque chose, on se demande toujours: « Ok mais Qu’est-ce que ça m’apporte ? Qu’est ce que j’y gagne ? »
Pour tirer profit de cela, Si tu proposes un produit, une offre ou une formation il ne faudra pas se contenter d’énumérer les caractéristiques de ton produit tu dois montrer aux clients comment les fonctionnalités ou caractéristiques de ton idée pourraient leur être utiles personnellement.
Le client doit pouvoir s’imaginer en train de profiter de ses avantages.
On a un exemple dans le livre à propos d’une campagne sur les déchets au Texas. Les jeunes n’étaient absolument pas sensibilisés à la nature et la protection de l’environnement et jetaient leurs déchets partout.
L’état a donc crée une campagne avec des célébrités texanes, des athlètes et une phrase clé « Ne jouez pas avec le Texas » les jeunes se sont sentis concernés parce qu’ils s’identifiaient beaucoup à ces stars, ce sont des modèles donc ils veulent adopter le même comportement.

Point 7 : Les idées percutantes ont une histoire 

Pour partager son idée et la faire adhérer à un maximum de personne il faut du story telling, il faut une histoire. Souvent, lorsqu’on souhaite partager une idée, nous faisons l’erreur cruciale de nous débarrasser de l’histoire derrière au profit d’un slogan sans profondeur.

Bien que les slogans puissent être utiles pour faire adhérer une idée, ils ne sont pas très utiles pour inciter les gens à agir. C’est là que les histoires et les exemples sont les plus efficaces. Et c’est pour ça que c’est dernier temps on voit que le Story telling à le vent en poupe.

Par exemple, la chaîne de restauration rapide Subway a énormément profité de la véritable histoire de Jared Fogle; un homme en surpoids qui a réussi à perdre du poids avec un régime simple de deux repas Subway par jour. C’est marquant comme histoire quand même.

Presque toutes les bonnes histoires suivent l’un de ces modèles :

Le défi : , dans lequel un «David» affronte un «Goliath». Ce type d’histoires incitent beaucoup de gens à passer à l’action, à l’exemple de «David».

Aider les autres : Un autre modèle courant est de partager une histoire dans lequel un «bon samaritain» aide un parfait étranger dans le besoin. Ce type d’histoire est particulièrement efficace pour inspirer un meilleur comportement social.

La créativité : Les histoires sur la créativité , comme la pomme tombant sur la tête de Newton et inspirant sa théorie de la gravité, encouragent les gens à voir le monde sous un autre angle ou à sortir des sentiers battus.

Résumé final

Le message clé de ce livre :

Le message clé de ce livre est que chaque idée à la possibilité de devenir virale. Les histoires à succès, les campagnes publicitaires et les idées percutantes partagent généralement des caractéristiques reconnaissables qui peuvent être résumées avec le moyen mnémotechniques :  SUCCES

  • S imple – Aller à l’essentiel d’une idée
  • U nexpected – attire l’attention des gens en les surprenant
  • C oncrete – s’assurer qu’une idée peut être saisie et mémorisée plus tard
  • C redible – Apporter de la crédibilité à une idée
  • E motional – Créer de l’émotion autours de cette idée
  • S tory – Créer une histoire percutante autours de l’idée

La formule des idées percutante est les SUCCES.

A toi de jouer maintenant !